II - On résume ici l’expérience de Peter Fisher sur le traitement d’une intoxication expérimentale au plomb chez des rats par une dilution de Plumbum Métallicum 200 K (ce qui correspond, à mon avis, à une 15 CH ou une 30 CH). L’auteur constate que la courbe d’élimination urinaire du plomb chez les rats traités par Plumbum Métallicum 200 K est identique à celle des rats traités par de la pénicillamine, et est dans ces 2 cas, bien supérieure à l’élimination urinaire des rats témoins.

III - On résume ici une observation que j’ai effectuée moi-même, où après administration de Ferrum Métallicum 15 CH à raison d’une dose une fois par semaine pendant 1 mois le taux de fer sérique passe chez un patient :


- de 173 microg/l soit 31 micromol
- à 103 microg/l soit 18,5 micromol


Je me suis placée dans un cas où le taux de fer sérique de départ était légèrement supérieur à la normale.

IV - Il n’y a qu’un seul cas où Ferrum Métallicum en dilution homéopathique est susceptible de traiter une anémie : c’est le cas de l’anomalie génétique qui consiste en une anémie par carence intracellulaire en fer par blocage des systèmes transporteurs péricellulaires qui sont devenus incapables de faire rentrer du fer dans les cellules ( au lieu de "systèmes transporteurs péricellulaires "on peut parler aussi de"canaux ioniques" ). Dans ce cas seulement, la prise régulière de la dilution homéopathique de fer est susceptible de débloquer le fonctionnement des systèmes transporteurs péricellulaires et de permettre au fer de rentrer à nouveau dans les cellules.

Ce cas particulier a été bien décrit dans les observations qu'ont effectuées les homéopathes au cours de ces 100 dernières années sous le nom de "Pathogénésie" de Ferrum Métallicum : il s'agit de la description de l'ensemble des symptômes résultants d'un excès extra-cellulaire donc sérique de fer et d'une carence intracellulaire en fer. J'ai rencontré ce cas particulier au cours de ma pratique :

il s'agissait d'un patient qui avait été vu, auparavant, par un autre médecin qui
lui avait déjà prescrit du fer en dilution homéopathique pour une anémie hypochrome. Il avait déjà été constaté, à ce moment, la correction d'anomalies de la NF après prise de fer en dilution homéopathique. Ce patient est vu une première fois avec comme symptômes une très discrète gêne dyspnéique à l'effort, et une hématocrite à 38 %.

Après un mois de prises régulières de Ferrum Métallicum 5 CH à raison de 5 granules par jour, la gêne dyspnéique à l'effort n'est pas retrouvée, l'hématocrite est passée à 41 %. S'il y avait eu une élimination de fer comme lors du cas précédent, le taux d'hématocrite n'aurait certainement pas augmenté, ceci quelle que soit la cause de la baisse initiale de l'hématocrite.