"les canaux ioniques"


La conséquence de cette action sur les canaux ioniques est une action sur les métabolismes cellulaires.


Les anomalies de fonctionnement des transports d’ions et d’autres particules retentissent sur tous les métabolismes cellulaires.


- L’un des premiers métabolites à être perturbés sont les I g E.
- Les I g E et les autres médiateurs de l’allergie sont les premiers à "bouger"
lors de la prescription de médicaments homéopathiques, ainsi que les anticorps auto-immuns, quand il y en a.

Cette action est immédiate et quasi instantanée

Lors d’une rhinite allergique chronique, par exemple dans le cas d’une allergie à la poussière ou au pollen de graminées, s’il n’existe qu’une rhinite matinale chronique, on peut faire disparaître cette affection en quelques jours de prise du médicament homéopathique qui convient.


Il s’agit du meilleur des cas d’allergie réagissant le mieux à ces traitements.


Il est à noter qu’un tel traitement homéopathique doit être poursuivi plusieurs mois pour que la guérison soit définitive. Si l’on arrête ce traitement au bout de quelques jours, les symptômes de rhinite qui avaient disparu réapparaissent pour redisparaître à nouveau lors de la reprise du traitement.


J’ai quelques exemples de telles observations avec :

 
* Natrum Muriaticum prescrit seul
* Phosphorus prescrit seul
* Arsenicum Album prescrit seul
 

Il est à noter aussi que, si l’on se trompe de médicament homéopathique, on augmente au contraire le taux d’I g E et les symptômes du patient. Il faut se méfier de ces réactions, ne débuter un traitement qu’avec des basses dilutions 5 CH ou 4 CH ce qui est encore plus prudent ; ne pas hésiter à prescrire un antihistaminique pendant une courte période si l’aggravation consécutive à une erreur de prescription est trop importante. Lorsqu’après quelque temps de traitement avec une 5 CH il n’y a plus d’amélioration, voire une rechute, il faut arrêter cette dilution et passer à une dilution plus forte à une 7 CH et ainsi de suite.


Les cas de rhinite allergique où les symptômes sont plus importants devront être traités plus longtemps : plusieurs années, classiquement de 3 à 5 ans. Dans ces cas, il ne faut pas compter sur une disparition des symptômes dès les 1ères prises mais seulement sur une petite amélioration de ces symptômes, dès la 1ère prise.

Les autres maladies métaboliques voisines que l’on peut traiter par ces remèdes sont :

  * l’asthme
* l’eczéma
* le psoriasis
* la bronchite chronique
* les maladies auto-immunes.